Zac Effron, Lipstick Jungle, Bones… petite revue cinématographique/TV

17-ans-encore-17-again-22-04-2009-15-08-2008-3-g

Hier soir, je suis allée voir Encore 17 ans, le dernier film de Zac Effron. Ce qu’il y a de drôle avec ce genre d’acteurs, c’est les réactions qu’ils provoquent : l’antipathie, comme mon coloc qui a levé les yeux au ciel d’un air désolé en apprenant mes plans pour la soirée, ou l’adoration, comme dieu seul sait combien de gamines en mal de beaux gosses qui adulent le dernier en date qui passe à l’écran. Et puis il y a ceux qui ont juste envie de passer une soirée sans réfléchir. Généralement, devant une comédie romantique américaine avec un casting de célébrités, c’est un pari réussi. Mais franchement, où est le problème ? J’aime me détendre devant des films dont je connais déjà la fin en ayant lu le synopsis, et qui jouent sur les blagues potaches vues et revues. Bref, Encore 17 ans rempli son contrat : c’est amusant, léger, et ça finit bien. Et les acteurs, contrairement à d’autres films du même acabit, sont loin d’être mauvais – c’était le bonus de la soirée : même si on peut ne pas aimer Zac Effron, au moins c’est un bon acteur !

Dans un autre registre, j’ai enfin vu Slumdog Millionaire. Pas besoin de s’étendre pendant des lignes sur ce film, d’autres le font bien mieux que moi et les récompenses obtenues par ce petit chef d’œuvre parlent d’elles mêmes. J’ai rarement été autant émue par un film.

lipstickjungle Côté séries, je me suis remise à Bones, récemment. En matière de série mêlant intrigues policières et approches scientifiques, je trouve que Bones est l’une des meilleures, en tout cas l’une des plus intéressantes. J’ai aussi découvert The big bang theory, un sitcom hilarant qui retrace la vie de Leonard et Sheldon, deux génies physiciens, qui voient leur quotidien bouleversé par l’arrivée d’une jolie voisine, Penny. A consommer sans modération, surtout en période de petite déprime, c’est radical ! Lipstick Jungle est le petit dernier du scénariste de Sex & the city. On l’attendait donc au tournant ! So far, c’est plutôt positif : on garde un univers très féminin, avec des problématiques telles que les hommes et le sexe, mais cette fois-ci, l’accent est également mis sur le monde du travail et les difficultés qu’y rencontrent les femmes. Une bonne alchimie qui permet de garder la petite touche magique de Sex & the city sans en faire un grossier remake. Pour la suite, Breaking Bad, dont je n’entends que du bien.

J’aime m’évader avec un film ou un épisode de série. Sans chercher toujours à s’échapper du monde réel (d’autant plus que ma réalité est loin d’être terrible), s’offrir une pause de 40 minutes, c’est juste vraiment bon !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s