Réchauffement climatique : l’hérétique écologique

29dyson.1-500 Et si le réchauffement climatique n’était pas la catastrophe annoncée par la majorité de la communauté scientifique et pouvait même avoir un effet bénéfique sur la croissance des plantes ? C’est du moins ce qu’avance Freeman Dyson, physicien anglais naturalisé américain. Du haut de ses 85 ans, c’est l’un des scientifiques les plus respecté, qui a derrière lui des travaux ayant bouleversé le monde de la physique et une belle oeuvre de vulgarisateur. Il occupe depuis plus de cinquante ans un poste au très renommé Institute for Advanced Study, à Princeton. Le New York Times lui a consacré un magnifique article que Courrier International a eu la bonne idée de traduire (partiellement) pour les lecteurs francophones.

Puisque je vous ai donné les liens, inutile de m’étendre sur sa vie et son œuvre. C’est plutôt l’hérétique de l’écologie, nouvelle religion du 21e siècle (et probablement de ceux à venir) qui m’intéresse.

Rompre la glace

« J’ai le sentiment que, lorsqu’un consensus tend à se former comme la glace au-dessus de l’eau, Dyson fera tout son possible pour y faire un trou », dit le lauréat du prix Nobel Steven Weinberg, par ailleurs grand admirateur de son ainé*. Et c’est un peu à cette tâche que s’attèle Freeman Dyson, convaincu que nous manquons de données sur la question et qui qualifie Al Gore et James Hansen de « piètres scientifiques » qui jouent la carte de l’alarmisme.

Le vieux physicien n’y va pas de mains morte avec ces derniers, leurs reprochant notamment leurs simulations par ordinateurs, utilisées dans le film Une vérité qui dérange, qui ne prennent pas en compte toutes les données et qui établissent ce qui ne sont que des hypothèses comme des faits avérés. Ils jouent alors les prophètes, promettant « fonte des calottes glaciaires, montée du niveau des océans et apparition de tempêtes et de divers fléaux qui dévasteront notre planète. » « Les gens qui étudient le réchauffement climatique en utilisant des modèles de simulation ont toujours tendance à surestimer la fiabilité de leur outil », affirme Freeman Dyson.29dyson-600

Dioxyde de carbone

« Tout au long de l’évolution, la vie a évolué sur une Terre en général nettement plus chaude et plus riche en dioxyde de carbone qu’aujourd’hui », soutient-il. Ainsi le réchauffement climatique est localisé et ne concerne pas la planète entière, ce qui fait une différence selon lui. L’accroissement du taux de carbone ne pourrait être qu’un épisode « inoffensif » sur une planète dans une phase « relativement fraîche. » D’autant plus que le dioxyde de carbone favorise l’accroissement des plantes, ce qui ne peut qu’être un bienfait. Enfin, il envisage même la possibilité d’un arbre génétiquement modifié « mangeur de carbone. »

Le réchauffement climatique est donc un problème qu’il faut relativiser aux yeux du scientifique, surtout que d’autres problèmes comme la guerre, les famines et le chômage sont plus pressants. Il récuse aussi l’idée que l’homme devrait toujours s’excuser de sa condition, car il est normal qu’il modifie son environnement pour y survivre, puisqu’il fait aussi parti de la nature.

Dyson admet pourtant qu’il pourrait avoir totalement tort. « Il n’est pas exclu que Hansen ait raison. S’il disait vraiment n’importe quoi, il ne serait pas là où il est aujourd’hui. Mais Hansen a fait d’une question scientifique une véritable idéologie. […] Je pense que j’ai une vision plus large du problème. Je pense que ma carrière ne dépend pas de cette question, alors que la sienne, oui. Je ne prétends pas être un expert du climat. Je pense que c’est davantage une question de bon sens que d’expertise. »

Comme conclut judicieusement Courrier International, le débat reste ouvert.

.

Un article passionnant, un débat qui l’est tout autant. Et puis franchement, j’adore juste sa tête !

* Toutes les citations viennent de l’article de Courrier International

Publicités

2 réflexions sur “Réchauffement climatique : l’hérétique écologique

  1. Hé hé, intéressant ce blog (je viens de m’abonner au flux rss)

    Malheureusement, j’ai bien peur que FD ait tord et que s’il était possible de parler de « prophéties » il y a encore quelques années, ça devient de plus en plus difficile scientifiquement.
    Si FD est si optimiste, ça peut s’expliquer par son « idéologie » à lui. Il est chrétien et a toujours tenté de concilier sa croyance avec la science. Par exemple, il défend le « dessein intelligent » qui est un « créationnisme soft ».

  2. J’en suis flattée !

    Je ne suis pas non plus convaincue par les arguments de Freeman Dyson. Mais son point de vue soulève quelque chose que je trouve important: on verse assez souvent dans l’alarmisme de genre apocalyptique et l’auto-flagellation, les hommes étant les suppôts du mal et responsables du moindre problème. Il est vrai que faire notre mea culpa n’est pas du luxe (bien qu’il faudrait penser à agir derrière !), mais comme le dit Dyson, on appartient aussi à la nature, c’est pas anormal qu’on transforme notre environnement. Je pense aussi que la vie s’adapte toujours.

    Cela dit, l’idée que le réchauffement climatique n’est qu’un petit problème négligeable… je ne suis pas certaine d’être d’accord ! Et puis j’aime bien Al Gore aussi !

    Mais le personnage de Freeman Dyson, que j’ai découvert dans l’article du NYT, est très sympathique je trouve, on dirait un vieux papy gentil et érudit ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s