Twilight, vampires et fascination

la-copertina-di-entertainment-dedicata-a-twilight-82115 Un article du quotidien québécois Le Devoir daté du 27 juillet s’interroge sur la vague Twilight et le mouvement vampire qui, apparemment, fascine les femmes du monde entier. «Ecrites par des femmes, lues par des femmes», ces séries à fort taux d’hémoglobine, mêlant fantastique et romance, seraient une nouvelle façon «post-féministe» de prendre le pouvoir, selon Amy Clarke, maître de conférences à l’université de Californie à Davis (UCD) et spécialiste de la littérature de science-fiction. Une manière aussi d’échapper à un monde qui fait peur et de se rassurer par la lecture.

Depuis la sortie du premier tome en 2005, la saga Twilight (crépuscule en anglais), de l’américaine Stephenie Meyer a été écoulée à plus de 53 millions d’exemplaires dans le monde. Elle peut d’ors et déjà prendre sa retraite à Bali !

Ayant lu les livres et vu le film, je ne peux m’empêcher d’être interloquée devant l’enthousiasme des fans tout en n’étant pas vraiment surprise de l’ampleur du phénomène.

Le livre

twilight-livre

Premièrement, et n’en déplaise aux fans, il est mal écrit. Le style est lourd et maladroit, on sent que le texte n’est pas assez travaillé, qu’elle a écrit en laissant sa plume suivre ses pensées sans essayer de leur donner contenance et cohérence. Le terme «marmoréen», qui qualifie les vampires, doit revenir une bonne quinzaine de fois par chapitre. Elle ne se lasse pas de nous dire à quel point le héros est beau, à quel point l’héroïne l’aime (et réciproquement). Et au fur et à mesure des tomes, elle met autant de difficultés que possible sur leur route, pour que leur amour soit plus déchirant et plus méritant, plus «vrai». L’amour avec un A capital, le seul, celui pour lequel on sacrifie tout.

Ne vous trompez pas: je critique, certes, mais pour une raison qui m’échappe je n’ai pas pu fermer les livres avant d’avoir lu la dernière ligne. Et je les ai relu aussitôt. J’ai engouffré le second tome en l’espace d’une soirée et d’une nuit. Aussi mal écrit soient-ils, il y a quelque chose qui attrape la lectrice encore mieux que du papier-mouche une drosophile. Malgré mes haussements de sourcils, le livre a réussi à atteindre mon côté romantique. Il ne restera pas dans mes annales, je comprends néanmoins l’engouement des adolescentes qui cherchent l’amour, cherchent à le comprendre, se demandent s’il existe vraiment dans une société marquée par l’hypersexualisation et le divorce. Quand aux femmes plus mûres, l’érotisme sous-jacent rappelle les premiers émois, selon Amy Clarke.

Le film

twilight Là, c’est l’incarnation du fantasme. On a à l’écran ce qui faisait rêver pour la première fois. Certes, tous les goûts sont dans la nature, mais l’acteur Robert Pattinson, qui joue le héros, fait plus ou moins l’unanimité parmi la gent féminine ! Certains ont été déçus par le film, car il manque des choses et les relations ne sont pas aussi développées (avec les personnages secondaires principalement). D’un point de vue disons “technique”, j’ai apprécié les plans rapprochés qui essayent d’instaurer une certaine intimité, et la musique, belle et prenante, qui servait bien l’action. Les acteurs, quant à eux, déclenchent actuellement une véritable folie parmi les fans. Comme une sorte d’exutoire. Naturellement, lors d’une dédicace avec l’auteur, hurler d’excitation est un peu déplacé. Mais les acteurs, ce sont les incarnations des personnages qui font rêver, et ils deviennent donc l’objet du même culte. Les deux identités – personnage et personne – ne sont alors plus clairement distinguées.

h_4_ill_1137932_twilight-bis Sur le blogue de Raymond Viger, dans les commentaires d’un article sur le phénomène Twilight, plusieurs soulignent encore l’aspect romantique de l’histoire. Je finirai là-dessus, car c’est probablement ce qui me laisse le plus perplexe. Si le premier tome reste crédible, dès le deuxième, l’auteur érige de plus en plus de barrières pour faire obstacle à l’amour de ses héros. Finalement, on en arrive à l’idée que le véritable amour, c’est celui pour lequel on doit se battre contre vents et marées, qui doit même défier les lois de l’univers, qui relève du miracle. J’ai presque envie de dire, le «vrai» amour n’existe pas, ou alors est réservé à une minuscule minorité de «chanceux». C’est une définition de l’amour qui me gène, car j’ai l’impression qu’elle dévalorise une relation normale, qui se contente d’apporter du bonheur au quotidien. Je ne suis pas philosophe, mais j’adorerai lire l’avis de l’un deux sur ces deux visions de l’amour. Naturellement, c’est une fiction dont le but est d’émouvoir. Mais tout le monde ne fait pas toujours la différence entre fiction et réalité. Ce qui me fait bien plus rêver que ce couple humain-vampire, ce sont deux petits vieux complices et amoureux qui profitent de la vie et sont heureux du quotidien.

Quelques liens

Le site officiel

Le blog Twilight-fascination

Le blog Mania-Twilight

(Avec ça, vous ne devriez pas avoir trop de mal à vous tenir au courant de ce qu’il se passe dans l’univers Twilight !)

Publicités

3 réflexions sur “Twilight, vampires et fascination

  1. Pourquoi dites-vous que plusieurs personnes ont été déçu… Tout le monde que je connais à trop aimer le film. Bon j’avoue que vous avez raison pour les livres, mais pas pour les films!

  2. Je dit que plusieurs personnes ont été déçues tout simplement parce que c’est vrai ! Dans mon entourage, sur Internet, il y a des gens qui écrivent que le film ne correspondait pas vraiment à leurs attentes, qu’ils espéraient mieux.
    J’ai écrit ça pour le premier film (le second n’était pas encore sorti au moment de ce billet), mais c’est vrai aussi pour le deuxième. C’est normal d’ailleurs, que tout le monde n’aime pas ! Ca ne veut pas dire que c’est complètement mauvais et qu’il n’y a rien d’intéressant dans les films. Juste que certains n’ont pas aimé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s