Historiquement correct – le Moyen Âge

VanderWeydenmariageAnversJe lis en ce moment – entre autres – le livre de Jean Sévillia, Historiquement correct. Je ne m’y connais pas énormément en histoire, mais j’adore ça, et ce livre est d’autant plus intéressant qu’il s’attache, chaque chapitre, à remettre les pendules à l’heure à propos d’une période historique qui fait l’objet de ce qui a donné son titre à ce livre : l’historiquement correct, c’est-à-dire une façon de voir le passé à la lumière du présent et surtout de le juger selon nos valeurs d’aujourd’hui. Ce qui est, selon Sévillia, l’erreur que doit absolument éviter l’historien. J’ai donc eu envie de partager un peu ce que j’en ai retenu, mais le mieux, c’est encore de le lire vous-mêmes !

La féodalité

Dans le premier chapitre, Jean Sévillia s’attaque à cette période très mal jugée qu’est le Moyen Âge. En effet, nous voyons généralement l’époque médiévale comme un monde obscurantiste et répressif, pratiquement barbare. Aux civilisations grecques et égyptienne le raffinement et la culture, au Moyen Âge les donjons et salles de tortures. Or, l’historien fait remarque que ce sont pourtant les premières, et non le second, qui reposaient sur l’esclavage.

L’historienne Régine Pernoud distingue quatre périodes : la première s’étend de la chute de l’empire romain à l’avènement des Carolingiens. La deuxième recouvre les deux cents ans de l’Empire carolingiens. La troisième serait l’âge féodal, du milieu du Xe siècle à la fin du XIIIe siècle. La quatrième, enfin, se compose des XIVe et XVe siècle.

Barbare médiéval

Du latin medius, le mot moyen signifie « au milieu », ce qui fait du Moyen Âge une période intermédiaire. Un intermède qui aura quand même duré plus de 1000 ans et qui recouvre des périodes très différentes et n’est pas nécessairement synonyme de stagnation. Les textes anciens sont connus, certains clercs maîtrisent aussi bien le latin que le grec, l’hébreu ou l’arabe, des cathédrales sont construites, l’architecture est recherchée, l’art, en particulier religieux, est prolixe.

« Barbare, les cathédrales gothiques d’Amiens, l’Ange au sourire de Notre-Dame de Reims, les vitraux de la Sainte-Chapelle, les chants grégoriens, les moines concevant la gamme, le rythme et l’harmonie, posant ainsi les bases de la musique occidentale, les clercs qui, au XIIIe siècle, fondent les grandes universités européennes, les astronomes et les médecins qui, en dépit d’une technique limitée, approfondissent l’apport des Grecs et des Arabes, préparant l’essor scientifique du monde moderne ? »

Barbare, le Moyen Âge ?

La situation de la femme

D’une manière générale, le Moyen Âge protège la femme, tenue pour faible et fragile. Il n’y a cependant aucune parité. Mais à la fin du XIIIe siècle, à Paris, on trouve des femmes médecins, maîtresses d’école, apothicaires, teinturières ou religieuses. Les progrès du libre choix du conjoint accompagnent la diffusion du christianisme, qui se bat pour limiter les annulations de mariage et la répudiation (coutume romaine et germanique), ce qui améliore la condition féminine.

Le mythe de la controverse au sein de l’Eglise pour savoir si les femmes avaient ou non une âme serait le fruit d’une méprise : « au synode de Mâcon, en 486, un prélat aurait soutenu « qu’on ne devait pas comprendre les femmes sous le nom d’hommes », utilisant le mot homo (être humain) avec le sens restrictif du latin vir (individu de sexe mâle). » C’est loin d’un débat qui aurait duré des siècles. Comment, dans ce cas, l’Eglise aurait-elle pu vénérer la Vierge Marie et sanctifier des femmes ?

vitraux ste chapelle L’organisation féodale

La féodalité, explique l’auteur, est un mode organisationnel tellement éloigné du nôtre, qu’il nous devient presque impossible de le comprendre. Sans être anarchique, cette société était pourtant loin d’être uniforme. Il en trace le genèse : après la chute de l’empire romain et les invasions barbares, certains hommes se sont, de fait, imposés sur un certain territoire et sont restés des pouvoirs locaux, de telle sorte que Charlemagne, en restaurant la puissance impériale, a du les reconnaître.

Jean Sévillia revient ainsi sur quelques mythes : le droit de cuissage, selon lequel le seigneur avait le droit de partager le lit d’une femme qui allait se marier, avant le mariage et le mari, n’a jamais existé. Il s’agissait en fait d’une taxe que les serfs devaient payer pour s’unir. De même, le droit de ravage, qui permet au seigneur de laisser ses chevaux ravager les champs des serfs, ou le droit de prélassement, autorisant le seigneur à faire éventrer deux serfs afin de se réchauffer les pieds dans leurs entrailles…

Le principe de vassalité nous reste cependant inintelligible : c’est un contrat d’homme à homme, qui implique le serf qui promet loyauté à son suzerain en échange de sa protection. Mais si le serf est un servant, ce n’est pas pour autant un esclave. Sa condition n’est pas aisée, mais il n’est absolument pas une chose dont le seigneur peut disposer à son gré. Il ne peut être expulsé de la terre qu’il travaille et a droit à une partie de son fruit. Il peut se marier librement et transmettre sa terre et ses biens à sa descendance. Certains hommes choisissaient volontairement le servage. Ce système disparaîtra progressivement, notamment sous l’impulsion du roi et de l’Eglise qui encourage à l’affranchissement. « A la mort de Saint Louis, écrit Jean Sévillia, le servage a pratiquement disparu en France. »

Les hommes médiévaux n’étaient pas non plus si enclins à la guerre que le mythe le prétend. Non seulement les vassaux du roi sont réticent à se battre, activité coûteuse et dangereuse, mais l’Eglise cherche aussi à maintenir un semblant de paix. Pendant la guerre de cent ans, les batailles les plus meurtrières concernent un millier d’homme. Etrange, remarque Jean Sévillia, que les hommes du XXe siècle, « dont les guerres ont provoqué des hécatombes », fassent référence au Moyen Âge comme à une époque violente.

Peu à peu, les capétiens instituent l’Etat, dont la légitimité est de moins en moins contestée et qui s’affirment aussi en face des autorités extérieures que sont l’empereur et le pape. Une communauté politique se met en place, et avec elle le sentiment national.

« Le Moyen Âge, c’est le moment où s’esquisse une aventure française qui dure depuis mille ans. L’ignorer, et caricaturer l’époque médiévale en règne de l’obscurantisme, c’est mutiler sa propre histoire. »

.Il y a sûrement beaucoup de raccourcis dans ce résumé, mais la place, le temps et la science me manque ! Les commentaires sont à la disposition de ceux qui veulent faire des rectifications !

Publicités

6 réflexions sur “Historiquement correct – le Moyen Âge

  1. il parait interessant ce livre et merci pour votre résumé.

    Les immigrants ‘permanents’ au Canada qui veulent acquérir la nationalité canadienne promettent loyauté à la Reine d’Angleterre et ses décendants. Une relique du passé qui demeure.

  2. Bonjour Paul,

    Je ne savais pas qu’il fallait promettre loyauté à la Reine d’Angleterre. J’avais visité le parlement à Ottawa, et on m’avait donc expliqué que la reine était encore officiellement la reine du Canada (j’espère ne pas dire de bêtise !), ça m’avait surprise.

  3. Exact Lisa :) et la gouverneur générale du Canada doit l’informer de ce qui passe. Ca nous coute cher (M$) tout ce protocole en salaire et frais de representation. Surtout que quand la gouverneur devait dissoudre l’assemblée avec la perte de confiance du gouvernement Harper en dec 2008 elle ne l’a pas fait ! Calice comme dirait les québécois ! En Italie, c’est le président qui est garant des institutions par un representant d’une reine ou roi.

  4. La gouverneure a-t-elle un tel droit ? Comment ont réagi les Canadiens et les Québécois ?
    Ça n’a pas du trop leur plaire, j’imagine, mais ils n’ont aucun moyen de contourner le bon-vouloir de la reine ?

  5. La gouverneure est une representante de la Reine mais c’est le 1er ministre du Canada qui la choisit. L’actuelle a été choisi par l’ancien 1er ministre Paul Martin. Elle un role protocolaire et d’ambassadrice du Canada plus ce rôle vis a vis de la reine. Mais elle a un pouvoir de dissoudre l’assemblée si le gouvernement n’a plus la confiance et de retourner en élection ou de demander une coalition de partis de constituer un gouvernement. Ce cas rare c’est présenté et je suis furieux du choix qu’elle a fait mais les gens qui ont voté conservateur sont sans doute content d’avoir gardé le gouvernement Harper. Voila je suis H-S par rapport à ton article mais j’espere que j’aurai pas de mauvaise note. ;)

  6. « Or, l’historien fait remarque que ce sont pourtant les premières, et non le second, qui reposaient sur l’esclavage. »

    L’esclavage était encore très présent au Moyen Âge, quoique de manière très inégale géographiquement (surtout dans le monde méditerranéen).

    Quant à l’esclavage dans l’Égypte antique, faudrait vérifier, mais j’ai un gros doute.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s