Les bases de la politesse coréenne !

J’avais déjà parlé sur ce blog de mon intérêt pour la culture asiatique, et en particuliers pour les drama coréens, ces séries d’une vingtaine d’épisodes d’un style bien particulier. L’une des raisons pour lesquelles j’adore ces séries, c’est ce qu’elles me permettent d’apprendre sur une culture dont j’ignore presque tout. Certes, il faudrait y vivre pour réellement connaître la Corée, mais les drama donnent un petit aperçu des codes sociaux et culturels du pays du Matin calme.

Coffee House

L’une des choses qui me fascinent littéralement, ce sont les différentes façons de s’adresser à quelqu’un en fonction d’un nombre inimaginables de critères : l’âge, le degré d’intimité, la position sociale et professionnelle, etc… En français, nous avons le « tu » et le « vous » pour indiquer à quel point on connaît quelqu’un et comment on se situe par rapport à cette personne : « tu » avec la famille, les amis, les gens du même âge. « Vous » avec les inconnus et les supérieurs hiérarchiques. En Corée, cette différence existe, mais elle est encore plus marquée, et elle s’imprègne totalement dans le langage : le vocabulaire change, la grammaire s’adapte, la syntaxe évolue. Il y a deux genre de discours : le « banmal », qui est familier, et le « jondaemal », qui est formel. Concrètement, le jondaemal nécessite l’emploi de plus de mots, rallonge les phrases et les mots, et est plus compliqué que le banmal. Quel discours utiliser avec qui ? C’est là que les choses se compliquent !

Pasta

Si j’ai bien tout compris de ce que j’ai vu et lu à ce propos, la Corée est un pays dans lequel le respect des conventions sociales est très important. Et ce respect passe en grande partie par la langue. En employant la forme formelle du langage, on démontre du respect qu’on témoigne à son interlocuteur. Mais ce respect s’accompagne aussi de distance. A l’inverse, le banmal signifie que l’on est proche de son interlocuteur. Mais quand cette intimité n’a pas lieu d’être, l’usage du familier devient grossier, comme le « tu » français peut être insultant.

La grande question est donc : à partir de quand peut-on passer du formel au familier ? Au sein des familles, les enfants et leurs parents préfèrent généralement la familiarité, ce qui semble évident d’un point de vue occidental. Cependant, il y a des familles dans lesquels les enfants s’adressent à leurs parents de façon formelle. Certains couples mariés préfèrent même conserver l’emploi du jondaemal, ce qui paraît surréaliste pour un Français, et donne un petit parfum d’aristocratie désuète. Dans le monde professionnel, là encore, la forme du discours reflète la position sociale : le patron parle à ses employés familièrement, en banmal, et ceux-ci lui répondent avec les formes, en jondaemal. Dans les drama, en particulier quand l’histoire est romantique (c’est-à-dire presque tout le temps !), l’emploi du jondaemal et du banmal, et surtout, le passage du premier au second, est souvent l’un des éléments de la romance. Les deux protagonistes, ne se connaissant pas au début, commencent par se parler de façon formelle. L’évolution de leur relation s’illustre alors dans la forme du discours qu’ils emploient. Le fait de passer au banmal est symptomatique d’un changement de la nature de leur relation : le respect n’a plus besoin de s’imprimer dans le langage, et ils se sentent assez proches l’un de l’autre pour employer la langue la plus simple et la plus directe. C’est aussi un moyen de signifier au reste de la société ce rapprochement. C’est donc lourd de significations.

Bad Guy

Pour un occidental, c’est un véritable casse-tête : comment savoir à partir de quand on peut devenir informel avec quelqu’un ? Heureusement, d’après la blogueuse JavaBeans, les Coréens prennent généralement l’initiative d’établir la forme du discours à employer, en demandant à leur interlocuteur de leur parler « simplement », c’est-à-dire familièrement. Son conseil, cependant : dans le doute, toujours préférer la formalité ! Il vaut mieux être un peu trop poli, que carrément impoli !

Je n’ai fait qu’effleurer ce sujet qui me passionne et qui est bien plus complexe et subtile que ce que j’ai pu écrire. Deux Coréennes américaines tiennent l’excellent blog sur le monde des drama coréens que j’ai mentionné plus haut. Elles ont écrit deux articles très intéressants sur le jondaemal et le banmal (en anglais).

(Les images sont extraites de drama coréens, dont le nom figure juste en dessous. Elles viennent toutes du blog de JavaBeans)

Publicités

3 réflexions sur “Les bases de la politesse coréenne !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s