[photo] Hong Kong, ville démesurée

Hong Kong est une ville très particulière. Avant d’y arriver, j’en avais l’image d’une immense mégalopole. La « New York » asiatique devait forcément s’étendre sur des kilomètres, à perte de vue. En réalité, le territoire ne couvre qu’un peu plus de 1 000 km2. Il comprend l’île principale, Hong Kong island, qui, bien que concentrant une grande partie de la population, représente moins de 10% du territoire, Kowloon, sur le continent, et les nouveaux territoires, qui regroupent notamment les îles alentours, comme Cheung Chau, Lamma ou Lantau. L’île de Hong Kong, celle que je voyais si grande, n’est habitable que sur quelques km2 et presque tout peut se faire à pied ou en bus.

L’architecture est probablement ce qui choquera le plus le visiteur occidental qui n’a pas l’habitude des mégalopoles internationale. Pourtant, j’ai vécu à Paris (j’ignore si on peut la qualifier de mégalopole, cependant) et j’ai visité New York à deux reprises. Rien ne m’avait préparé à la claque visuelle que j’ai prise en arrivant à Hong Kong. La proximité, la moiteur de l’air et les buildings qui vont chatouiller le ciel donne une ambiance inimitable dont il est très difficile de se défaire, de retour en Europe.

Un autre point commun qui existe entre Hong Kong et New York, c’est l’activité nocturne. Tout comme sa jumelle américaine, la ville ne dort jamais. Qu’il soit 23h ou 4h du matin, on passe d’un quartier calme et endormi à un quartier festif et vibrant, en quelques instants. On finit toujours par croiser quelqu’un, soit un promeneur, soit un salarié qui rentre chez lui après une journée de travail qui n’a que trop durée, soit un ouvrier de nuit, seul à son poste et indifférent aux passages alentours.

Ce qui, en revanche, distingue les deux villes très nettement, c’est la sécurité. À Paris, passée une certaine heure, une femme seule ne s’aventure pas partout. Hong Kong, a contrario, rassure le visiteur étranger. Plus d’une fois, je me suis baladée seule dans les rues, appareil photo à la main, sans ressentir la moindre menace.

Le taux de criminalité est bas et la plupart des problèmes concernent la mafia, qui se désintéresse superbement des touristes et des expatriés. J’ai constaté cette même sûreté à Séoul. C’est l’une des choses qui me manquent le plus : on perd l’habitude de constamment se méfier, et c’est incroyablement reposant.

Ce qui peut également surprendre, avant de devenir l’un des charmes de la ville, c’est le caractère hétéroclite de Hong Kong. Les quartiers peuvent être très différents, tout en gardant des éléments communs difficiles à identifier et à décrire. Les étals des petits marchands de fruits et légumes jouxtent les magasins de luxe. Les bouis-bouis qui servent des nouilles délicieuses côtoient les grands restaurants. Les temples bouddhistes se glissent entre deux bâtiments anonymes.

La ville est en perpétuelle (re)construction. Que ce soit dans la rue, où un ouvrier ou deux s’affairent autour d’une bouche de canalisation, ou que ce soit de grands chantiers qui redéfinissent le visage de tout un quartier, il semble que Hong Kong ne sera jamais « terminée ». Cette immanence se retrouve dans la façon de vivre des hongkongais.

Hong Kong provoque souvent des réactions très contrastées. Avant mon départ, une amie qui avait détesté la ville m’a presque fait peur, tant le dégoût suintait dans ses descriptions. D’autres, en revanche, m’en parlaient avec des étoiles dans les yeux et des papillons dans le ventre. Heureusement pour moi, j’appartiens maintenant à la seconde catégorie. Malgré tous les défauts (et il y en a, à commencer par le climat : chaud, humide, irrespirable), le « port aux parfums », puisque c’est son nom, m’a envoûté. Malheureusement, il n’y a pas d’opportunités professionnelles dans ma branche d’activité. Et il me reste encore beaucoup de choses à voir dans le monde. Mais je suis sûre d’une chose : j’y reviendrai.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s