Galerie

Montpellier, 2014

Depuis un peu moins d’un an, je suis en contrat professionnel. Tous les deux mois environ, je passe deux semaines à Montpellier. Je ne connaissais pas la ville, je la découvre au fil des reportages et des balades.

Ce qui me fascine, ce sont les cours intérieures des nombreux hôtels particuliers qui composent le centre ville. Avec un peu de chance (se faufiler dans l’entrée quand quelqu’un sort) ou à l’occasion de manifestations (il y a quelques semaines, le festival des architectures vives), j’essaie de les découvrir peu à peu.

Il n’y a quasiment personne sur les photos et c’est volontaire. Quand on se balade dans le centre ville, il y a presque toujours du monde, surtout le weekend. Mais dès qu’on franchit la porte d’un de ces hôtels particuliers, tout s’évapore : les bruits ambiants, les passants, l’animation de la ville. On se retrouve dans un lieu de vie, d’un calme qui contraste avec la rue. Même la luminosité change quand elle se reflète sur les parois des immeubles. Bref, les couleurs et la lumière de cette ville et de ses trésors cachés m’envoûtent.